Le liseron (1) : Introduction

Le garçon, tout sourire et pieds nus de chair rose dans le sable chaud, tient un petite corde, tendue vers le ciel.
Très haut, près des oiseaux, un cerf-volant. L’objet plane, au regard de toute la plage environnante l’observe. « Papa ! Maman ! Ca y est il vole ! »
Son petit-frère tourne autour de lui, en lançant des « A moi ! A moi » . Plus loin, son père le regarde d’un oeil amusé, sa mère attendrie, tire sur une cigarette. La soeur des deux plus jeunes, entre deux coups d’oeil aux garçons de la plage, fixe l’objet de bois et de tissus voler au dessus d’eux.
Vu du ciel, la famille est belle. D’en bas, elle voit le cerf-volant s’approcher doucement du sol, l’enfant attristé.
Au fur et à mesure qu’il se rapproche du sol, l’objet au bout du fil  voit les aspérités, les déformations, le pics et les rocs se rapprocher. Le cerf-volant, en tombant, grossi à vu d’oeil.  Les hommes, femmes, enfants et parents qui semblaient si proche vu d’en haut ne le sont pas vraiment.
De loin, les gens proches semblent indissociables. De près, ils semblent posés les uns à côté des autres. De loin, les idéaux semblent inaccessibles, De près, tout est fait de peux de choses.

Laisser un commentaire