Récit proche

Pas facile, mais je persévères,
Agile, parfois, je perds mes vers
Nous le payons, on perd sévère,
Dans la grosse pomme, ils percent les vers.

Il y a vingts ans, on s’est plus
On s’écrit et se voit, on se plait,
Je pourrais chaque jour t’appeler,
Mais malgré ça, on ne sait plus.

Tu panses mes mots de l’âme ou
Je vois les choses de l’art venir,
Souhaitant pour nous un avenir,
Nourrir et vivre notre amour.

Tout autant que je suis en vie,
Te donner à toi mon âme, ou
De tout mon être, j’en ai envie,
Vouloir respirer notre amour.

Laisser un commentaire